Délicieusement les corbeaux

Hommage à Arthur Rimbaud

 

Délicieusement les corbeaux
Plongent du bec dans un corps bien chaud,
Croassant, battant leurs ailes bleues
Pour savoir qui goutera aux yeux.

 

Le chaud soleil brille, indifférent,
Tandis qu’une hirondelle en passant
Gobe une scatophage en plein vol
Et va chasser dans les vapeurs molles.

 

Le Printemps mourant – mois de Juin
Est couvert de plaies d’où il suint,
Parfum écœurant de pourriture,
Le noir fluide de la Nature.

 

Juin : même la rivière a chaud.
Un peu plus loin on voit des troupeaux
Couchés, et ruminant l’herbe rance
Où vrombissent les taons, leur engeance.

 

Après-midi de Juin, dans les prés
Un couvercle d’azur est posé
Sur la délicieuse Nature
Où chacun peut trouver sa pâture.

 

Délicieusement, les corbeaux
Se régalent d’un corps encor’ chaud
La table est bien dressée pour la mort
Que la vie épousera encore.

__________

10 avril 2010



30/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres