Eloge de la tristesse

 

Le malheur n’est pas de mise :
On l’a mis à la remise.
La tristesse est un péché,
On ne peut la confesser.

 

Voyez la course au Bonheur,
Voyez ces tristes coureurs
Qui courent les yeux bandés
Sur la douleur d’exister.

 

Moi je danse sur un fil,
Danse triste mais subtile
Entre bonheur et malheur
Qui sont notre lot pour l’heure.

 

On ne voit que d’un côté :
Avec religiosité
On veut bouter à tout prix
L’imperfection de la vie.

 

On invente des histoires
Pour chasser le désespoir.
On croit développer l’être
Et rejeter le mal d’être.

 

Croyez-moi, c’est de l’orgueil.
Il vaut mieux faire son deuil.
Accepter notre part sombre :
Nous ne sommes que des ombres.

 

Avoir une gaie tristesse,
La mélancolique ivresse
D’accepter que nous ne sommes
Que des femmes et des hommes.

 

En ce siècle pourtant noir,
La joie est obligatoire.
C’est le règne du bien-être
Et pour lui on doit paraître.

 

Moi j’accueille la tristesse,
La mort de tout qui me blesse.
N’étant pas illuminée
Par aucune déité.

__________

18 avril 2010



05/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres