La République (universelle)

Je pensais omettre ce poème, mais quand j'entends qu'au lendemaine de la révolution en Lybie,  la première décision est de remettre la charia et la polygamie à l'honneur, finalement, je pense qu'il reste ,hélas, d'actualité...

 

Voyez la République enrubannée,
Dans un sublime élan philanthropique,
Du haut d’une falaise se jeter :
En avant son poitrail allégorique.

 

Elle a songé à mettre une burka
Pour l’occasion : une noire corolle
Gonflée par la brise venue d’en bas :
Mais ne veut que les mouettes s’affolent.

 

En avant, République Universelle :
Nous saluerons demain ton sacrifice.
Nous aurions préféré une poubelle,
Mais c’eût été un bien trop vil supplice.

 

Il vaut mieux un soupçon de majesté.
Car tu as des zélotes imbéciles
Qui ta mystique veulent respecter;
- Mais, Marianne, tu nous es inutile.

 

Maintenant, célébrons la Tolérance,
Aux charmes bien plus doux que la Liberté.
Nous voulons de doux agneaux, sans violence,
Guidés par nos démocrates bergers.

 

Les manipulateurs écouteront,
Les peuples que le son de flûte entraîne
Si envoutés tous les humains seront
Que vers la mort les suivront à la traine.

 

Voyez-vous tous ces troupeaux réunis
Autour de leurs mangeoires ? Leur pain est blanc,
Ils sont si libéralement servis.
On les dit libres, repus et contents.

 

Ah ! Mais si un jour la colère gronde
Qu’au milieu du troupeau, un mouton noir,
Frappe le son du tambour de la fronde
Alors enfin refleurira l’espoir.

 

On n’écoutera plus nos démocrates :
Ceux-là qui ont noyé la République
On balaiera enfin nos technocrates
Et leur fumeux savoir économique.

 

Mais, ami, ce n’est là qu’un pauvre rêve.
Il est trop tard : les jours nous sont comptés.
Par ces noirs mouvements qui se soulèvent,
Ou autre chose, serons balayés.

_________

15 mai 2010



24/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres