Une prière

Mercredi à 20:09:34

Par un Dimanche beau, que Dieu me vienne en aide ;
J’irai dans son église à genoux s’il le faut,
Pour le prier en pleurs afin qu’il me concède
Qu’en ce monde ici-bas je n’ai souffert que trop.

J’ai cheminé longtemps sur des sentiers confus,
Sans penser à demain ni à son lot de peine.
Dans la jeune illusion de mon esprit obtus
Je voyais les mirages du pays D’Éden.

Le matin était clair et les ruisseaux chantants.
Je marchais au hasard, sans soupçonner les anges.
Je n’ai su éviter ni les cailloux tranchants,
Ni les poisons du cœur aux parfums si étranges.

Aujourd’hui ne sais plus, demain où donc aller ?
Tous les chemins se croisent et nulle part ne mène
Un pas mal assuré, qui a trop trébuché
Dans les taillis des bois aux branches souveraines.

Quand tant de malheur a frappé d’autres portes,
Quel est donc ce chagrin, un vice inavoué :
Si j’ai manqué de foi, que le diable m’emporte
Dans l’éternel enfer des âmes dévoyées.

J’ai pu longtemps mener une vie inutile,
Je n’ai pas secouru et je n’ai pas aidé ;
Il ne reste aujourd’hui que souvenirs futiles
Si ce n’est d’écouter l’alouette chanter.

Seigneur, si tu m’entends en ce Dimanche beau,
Je demande secours pour toute ma détresse ;
Je voudrais seulement me pardonner, d’un mot,
Et connaitre la foi qui procure liesse.

15 décembre 2010



01/08/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres