Un matin d'octobre


L'esprit de beauté vous a-t-il jamais hanté ?
Vous a t-il enchanté ? Vous a-t-il fait pleurer ?
Vous a t-il envouté dans les longs soirs, l'été ?
L'esprit de beauté, en ce monde, abandonné,
Cet esprit de beauté bien longtemps m'a quittée.

Mais un matin à l'aube,
sur fond de ciel rosé,
J'ai pu voir l'unique arbre,
Contre les nues déployé.

Et cet arbre esseulé contre la nuit dressé
Incarnait cet esprit, d'amour et de beauté.
Ses branches dénudées, à d'autres tristesse inspirait,
Mais moi je ne voyais que le fier arbre
Au dessus des toits sombres et des murs délabrés.

Et au cœur de la ville encore on entendait
Les habitants des cieux, entre eux, qui bavardaient.
Même les corbeaux, qui toujours se chamaillent
Semblaient vouloir transmettre la joie d'exister.

J'étais là, tranquille, l'âme enfin apaisée,
En ce matin d'octobre, mois de douceur s'il en est
Où l'on se penche sur le puits de notre long passé.
Mes yeux par ce matin, vers les sphères attirées
Ont bu pour un instant la pure éternité.
_____________
9 octobre 2012



18/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres