Bribes III

Ce matin là, Adam Mortimer hésitait car il ne savait trop s’il devait aller chez son notaire ou chez son cardiologue. Finalement, il décida d’aller voir sa sœur Nadine, avec laquelle il s’entendait comme larrons en foire depuis qu’elle était revenue du Tyrol et qu’elle s’était mise à jouer de la batterie. Elle était tellement plus cool maintenant qu’elle avait abandonné leurs parents sans remords, sans s’abandonner à la noirceur de sa conscience, qui était un véritable gouffre mortuaire. Adam termina donc son petit déjeuner, contempla un moment la bouteille de whisky avec convoitise, mais restant fidèle à son dogme –à la virgule près- de ne pas y toucher avant midi, nettoya tasse et cuillère avec résolution. En sortant de son immeuble, il tomba sur un inconnu vêtu d’une curieuse chasuble à surplis et dentelles ornées de serpents, de pintades, de poulets et autres motifs ressemblant à des bacilles. Le quidam lui tendit un portulan couvert d’inscriptions semi-circulaires à l’encre de Chine.

-« Super ! » se dit Adam avec fatalité « Encore un drôle d’oiseau tombé de sa branche. Encore un de ces assistants de sacristie à la réforme perdu dans le brouillard. Il faudrait que je m’arrache …»

Cependant, l’inconnu sortit un peigne et commença à refaire son chignon : manifestement, sa longue chevelure avait subi des épreuves tandis qu’il franchissait la muraille invisible dressée à l’orée de son univers. Adam vit aussi que l’étranger avait quelques blessures malgré l’expression digne qu’il essayait d’afficher, tout en respirant péniblement avec un bruit de forge

-« Bonjour » parvint à dire l’étranger « Je m’appelle Wang. Je ne sais comment retrouver ma demeure. C’est un véritable bordel ici… Pourriez-vous m’aider s’il vous plait ?»

- « Ecoutez Monsieur Wang, nous avons d’excellents syndicats d’initiative, vous savez… ils vous indiqueront le circuit à suivre. »

- « Vous vous méprenez, cher Monsieur…

- « Adam…

- « Adam ? Celui de l’Eden ? »

-« Mais non ! Cessez donc de m’interrompre en permanence…. Celui-là, il y a belle lurette qu’on l’a remisé au grenier…

- « Comment ? Encore une suppression de poste ? Mais qu’a donc fait ce Monsieur Adam pour ne plus jouir du jardin où le bonheur foisonne ?

- « Je ne sais pas trop… Quelque chose en rapport avec la jouissance charnelle je suppose… »

- « Eh ! Bien, cela ne va pas calmer la grogne... » fit Wang « Mais dites-moi pourriez-vous m’indiquer où je pourrais trouver un glossaire ? Ou même un téléphone sans fil ? J’aimerais tant joindre ma compagne, à qui j’ai juré fidélité. Je vous paierai un bon salaire…»

- « On ne m’achète pas, Monsieur Wang…"

Là-dessus, le mystérieux étranger s’évanouit dans la profondeur absidiale de la bouche d’égout la plus proche : Adam Mortimer ne le revit jamais.

mercredi 27 avril 2011


30/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres