Le prix dhier

Dans la fosse à prière :
l'épris d'hier
sublime et trop facile
petit bâton de l'âme, étai
du cavalier démonté
sur l'âne bâté
portant Jésus, qui aurait vu
le Bouddha, le grand Khan,
c'est rassurant
pour ceux hélas
qui n'ont de foi
de guerre lasse
qu'en ce qu'ils ne voient pas
et ne savent vivre
sans des contes
argentés, petits morts dorés
agenouillés
barricadés, embrigadés
par des chefs spirituels
inutiles et laids,
inventés pour faire payer,
au prix d'hier,
moulins à prière,
vanité
les animaux humains,
dés-animalisés,
qui font la bête
à trop vouloir faire l'ange
en oubliant les fées
riant à l'orée
de la forêt, défaits.


24/03/2011


30/07/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres